Mot-clé - Photographie

Fil des billets

vendredi 10 février 2017

Photographie non photographique

Vous réaliserez une photographie révélant des caractéristiques étrangères à la photographie, à la réalité du sujet.
Votre photographie et sa relation particulière au réel provoquent un dialogue entre l’image et son référent « réel », source d’expressions poétiques, symboliques, métaphoriques, allégoriques.

Vous prêterez attention au cadrage, au point de vue, à la lumière, à la mise au point [...] et n'utiliserez aucun filtre.

Photographie : technique qui permet d’obtenir une image durable par l'action de la lumière ; image obtenue par ce procédé.

Dès son invention, la photographie inaugure une nouvelle ère dans la représentation ; le procédé donne à voir une représentation du réel objective. L'homme ne représente plus le réel tel qu'il le voit et tel qu'il le peut, mais c'est le « réel » qui impressionne le support (par l'action directe de la lumière qui est réfléchie, ou émise, de l'objet à la surface sensible). Ainsi la photographie trouve rapidement son usage dans le reportage, dans l'anthropométrie (: inventée par Alphonse Bertillon). Les photographes ambitionnent de réaliser un « inventaire du monde ».

Toutefois, cette objectivité a ses limites. La photographie argentique permettait déjà de travestir la réalité, d'ajouter ou de retrancher des éléments d'une image (cf. photomontage) et avec l'avènement de la photographie numérique, ces trucages qui n'étaient auparavant accessibles qu'à des connaisseurs, deviennent presque à la portée de tous.
De plus, les choix du photographe importent : choix du sujet, du cadrage, de la mise au point, mais aussi du développement, du tirage (recadrage), des retouches, etc.

Le photographe interprète à sa façon le réel qui s'offre à lui. Ainsi, en noir et blanc, une ambiance peut être rendue dramatique par certaines techniques alors que la réalité ne l'était pas autant. Le simple fait d'attirer l'œil sur un élément, en le photographiant, modifie la perception des spectateurs (récepteurs de l'image) face à la globalité de la scène qui se voit de plus réduite à une ou plusieurs images.
S'ajoutent à cela les limites technologiques pour représenter les couleurs, les perspectives, les sujets en mouvement, etc. Un appareil photo ne retransmet pas exactement ce que l'observateur voit. Il peut déformer, créer des aberrations chromatiques, exagérer la perspective, etc.
(source Wikipédia)

Objectifs :

  • Produire des images et prendre conscience de leurs spécificités : la dématérialisation par exemple.
  • Appréhender les relations entre l’image et son référent : absence du référent, prégnance du référent, image comme référent.
  • Comprendre que « l’acte photographique » est porteur de sens.

Références artistiques :

  • Edouard STEICHEN, Rodin, 1903
  • Frank EUGENE, Adam et Eve, 1910
  • Paul STRAND, Photographie, 1917
  • Man RAY, Retour à la raison, 1923
  • Laszlo MOHOLY-NAGY, Sans titre, 1928
  • André KERTESZ, Distorsion, série, 1933
  • Lucas SAMARAS, Photo-Transformation,1973
  • Franco FONTANA, Comacchio, Italie, 1976
  • Cindy HERMANN, Untitled Film Stills #15, 1978
  • Jeff WALL, La chambre détruite, 1978
  • Jan DIBBETS, GDN Rotterdam, 1981
  • Paolo GIOLI, Torso, Omagio impuro a Bayard, 1983
  • Corinne VIONNET, Photo Opportunities, 2005-2014
  • Pictorialismes : documentaire de la collection PHOTO - les grands courants de la photographie d'Arte France, Camera lucida productions.
    La photographie est-elle un art ou une simple technique de reproduction du réel ? Le débat ressurgit à la fin des années 1880 avec le mouvement pictorialiste, qui rejette le réalisme et l’exactitude pour une photographie « artistique » dont les effets cherchent à rivaliser avec le dessin et la peinture.

Robert Demachy

Robert DEMACHY, Lutte (Camera Work 1904, N°5, janvier 1904, planche VI), 1904, Musée d'Orsay, Paris

Questionnements
  • La représentation ; images, réalité et fiction : la ressemblance.
Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.
  • Recourir à des outils numériques de captation et de réalisation à des fins de création artistique.
  • Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation, y compris numérique.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le réorienter, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3, D5)

  • Établir des liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les démarches observées.
  • Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Identifier des caractéristiques (plastiques, culturelles, sémantiques, symboliques) inscrivant une œuvre dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique.
D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5 Les représentations du monde et l’activité humaine

jeudi 1 septembre 2016

Mort de Marc Riboud

Marc Riboud, le dernier des grands reporters de l'époque Capa & Cartier-Bresson, s'est éteint le 30 août dernier à l'âge de 93 ans.

Photographie de Marc Riboud

La Jeune Fille à la fleur — USA. Washington DC. 1967.
Une jeune fille américaine, Jan Rose Kasmir, affronte les forces américaines à l'extérieur du Pentagone pendant une manifestation contre la guerre au Vietnam. Cette marche a aidé au retournement de l'opinion contre ce conflit.
© Marc Riboud/Magnum Photos

lundi 30 mai 2016

JR fait disparaître la Pyramide du Louvre

JR

Habitué des projets artistiques de grande ampleur, l'artiste JR s'empare d'un des plus grands symboles du Louvre. Il a fait disparaître la Pyramide grâce à une impressionnante anamorphose, qui étonnera touristes et Parisiens du 25 mai au 27 juin.

mercredi 4 mai 2016

DÉS/ÉQUILIBRE

Dans une production plastique, créez une tension entre les notions d’équilibre et de déséquilibre. Le dispositif de présentation devra rendre compte de cette perte d’équilibre. (Possibilité d’avoir une bande sonore) 

  • Équilibre : (du latin aequilibrium, de aequus « égal » et libra « balance, poids ») concept décrivant les situations où les forces en présence – les parties dans le cas d'une métaphore – sont égales, ou tel qu'aucune ne surpasse les autres.
  • Déséquilibre : perte ou absence d’équilibre, d’une position stable. Répartition inégale des forces en présence. Manque de proportions, d'harmonie, de concordance.

Critères d’évaluation : 

Capacité à rendre sensible la notion d’équilibre.
Capacité à proposer un dispositif de présentation.
Capacité à expliquer.
Maitrise technique et plastique de la production.

Références possibles :

Yves KLEIN, Le saut dans le vide, 1960.
Perter FISCHLI et David Weiss, Natural Grace, from A Quiet Afternoon, 1985.
Philippe RAMETTE, Lévitation de chaise, 2007.
Daniel FIRMAN, Würsa (à 18 000 km de la Terre), 2008.

Termes utilisés lors de la verbalisation :

mobile/ immobile, point d'appui, sol, pesanteur, poids, socle, suspension, bascule, réel/ suggéré (ex : L’homme qui marche de Rodin en figurant un homme aux bras et jambes avancés symétriquement, créé un déséquilibre psychologique, une anomalie et c’est cela qui amorce le mouvement), répartition, défi, jeu d'adresse.

Natural Grace
Perter FISCHLI et David Weiss, Natural Grace, from A Quiet Afternoon, Chromogenic Print, 1985

Chaise
Philippe RAMETTE, Lévitation de chaise n°3, sculpture en bronze signée et numérotée, 2006

dimanche 1 mai 2016

Chefs-d'œuvre de la peinture

Une série de portraits du photographe Freddy Fabris, qui s’amuse à recréer les chefs-d’oœuvre de la peinture en mettent en scène des garagistes dans leur atelier. Bel hommage aux grands peintres.
http://www.fabrisphoto.com

Freddy Fabris
The Renaissance Series : The Anatomie Lesson

jeudi 31 mars 2016

Wonder Woman

La redécouverte de Sacha Goldberger de ces personnages héroïques a donné naissance à un désir de se les ré-approprier, de les ramener à un temps crucial de l'art occidental. Avec Super Flemish, le photographe confronte ces icônes de la culture américaine aux peintres contemporains de l'École flamande. La collection valorise l'utilisation des techniques du 17ème siècle (: travail de la lumière) pour illustrer la noblesse et la fragilité du super puissant de tous les temps. Par la perturbation temporelle qu'elles produisent, ces images nous permettent de découvrir, sous la patine du temps, une mélancolie inattendue des héros invincibles.

Sacha Goldberger - Wonder Woman
Wonder Woman, photographie de la série Super Flemish, 2014

dimanche 13 mars 2016

Les portraits de Hendrik Kerstens

Hendrick Kerstens pense le portrait comme un art pictural. Le photographe ne se cache pas de son influence des grands peintres hollandais (Johannes Vermeer), dans la rigueur des cadrages, des lumières, auquel il ajoute son regard contemporain et son lot d’accessoires pour le moins déconcertant.

Photographies de Hendrik Kerstens, 2008-2011
Portraits de Paula Kerstens* photographiés par Hendrik Kerstens
Refuse veil, 2008
- Doily, 2011
- Cosy, 2012
- Bubble Wrap, 2008

* fille du photographe

jeudi 25 février 2016

Super Flemish

hulk-sacha-goldberger.jpg

Hulk, Sacha Goldberger, photographie
http://sachagoldberger.com/

jeudi 18 février 2016

Foto

À partir d'un objet simple, vous réaliserez un travail photographique (: plusieurs prises de vue) questionnant la notion de la tridimensionnalité de l'objet :

  • Vous choisirez un objet (qui vous semble intéressant plastiquement). Il doit être disponible dans la salle d'arts plastiques, dans la réserve. 
  • Vous chercherez alors à montrer sa complexité tridimensionnelle par un travail photographique.
  • Vous présenterez votre travail sous la forme de votre choix : un assemblage photographique ou un collage, un polyptyque. Le rendu du travail sera photographique (attention à la lumière, au cadrage, au fond, à la mise au point).

Objectifs : Se familiariser avec les techniques photographiques (cadrage, lumière, profondeur de champ...). Chercher à transfigurer un sujet (un objet) par le biais de la photographie.

Références possibles :
Walker Evans, Cisaille à taule, $1.85, photographie extraite de la série Beautés des outils ordinaires publiée dans Fortune en juillet 1955
Bernd et Hilla Becher, Coal Bunkers, 1974
Patrick Tosani, mises en scène d'objets photographiés, Talons, 1987, Cuillères, 1988, Prises d'air, 2010
David Hockney, A Chair, Jardin du Luxembourg, Paris, 10 août 1985, photocollage, 1985
Pierre-Jérôme Jehel, Hyper-Crayons, 1991
Pascal Kern, Sculpture, triptyque, 1992

Définitions :

  • Polyptyque : Ensemble de panneaux peints, sculptés en bas-relief, photographiques, etc. reliés entre eux ou présentés ensemble.
  • Triptyque : Ensemble de 3 panneaux.
  • Diptyque : Ensemble de 2 panneaux.
  • Collage : Procédé consistant à fixer sur un support des fragments de matériaux, hétérogènes ou non, en particulier des papiers découpés. Une de ses pratiques insiste sur le rapprochement, la juxtaposition des images.
  • Assemblage : Équivalent tridimensionnel du collage. Œuvre constituée d’éléments initialement distincts, souvent de natures différentes, rendus solidaires

Patrick Tosani

Patrick Tosani, Prise d'air I, 153x123 cm, photographie couleur c-print, 2010

dimanche 17 janvier 2016

A Film Still

Réalisez une mise en scène, de l’extrait du film que vous aurez choisi, dans un espace défini (la boîte) en jouant sur : la narration, le point de vue du spectateur, l’étagement des plans, l’intérieur / l’extérieur.
Remarques :
Dessinez les éléments ou servez-vous de photos de magazines, introduisez des objets...
Pensez à toutes les faces de la boîte, en particulier à ménager au moins une ouverture pour permettre à la lumière d’éclairer la scène.
Soyez attentif à varier l’échelle des plans, du premier plan à l’image de fond, décor de la mise en scène et à la combinaison des perspectives (naturelle / illusionniste). 

Notions abordées : cadrage, champ et hors-champ, profondeur de champ, point de vue, échelle, mise en scène, scénographie, narration.

"Film Still" (: film immobile) caractérise une photographie prise hors ou sur le plateau de tournage d'un film ou d'une émission de télévision au cours de sa production. Ces photographies sont habituellement prises par des photographes de studio pour des fins promotionnelles. Ces prises de vue peuvent consister en des images posées ou candides prises sur le plateau lors de la production du film ; elles peuvent inclure des stars et les membres de l'équipe de tournage. Le but principal est de promouvoir les studios et leurs nouveaux films et les acteurs.

sherman14.jpg
Untitled Film Still #14,
Cindy Sherman, photographie, 1978, Collection The Museum of Modern Art, New York.

Untitled film stills est la première série réalisée par Cindy Sherman entre 1977 et 1980 qui l’imposera sur la scène artistique internationale. Dans cette série de photographies en noir et blanc inspirée de l’esthétique des "stills" des films de série B, l’artiste se met en scène tout en plagiant les photographies d’actrices de cinéma des années 1950 et 1960.
Le sujet est une femme, seule, dans des situations diverses dans lesquelles Cindy Sherman y incarne des personnages féminins stéréotypés, ce qui lui permet de jouer, de détourner les clichés.
Dans un décor réel, elle interprète et représente 69 personnages de la starlette à la femme fatale. Le spectateur a le sentiment d’être face à des personnages féminins de vieux films en noir et blanc, il est libre de construire ses propres histoires car le véritable visage de l’artiste reste une énigme. Son identité est absente. Elle ne se dévoile pas et elle démonte par ce travail la notion même d’identité : la photo devient l’outil de cette déconstruction.

  Mac-Adams-Fury-1976.jpg
Fury, Mac Adams, diptyque photographique, 1976

L'œuvre de Mac Adams le rattache au courant conceptuel développé dans les années 70 et plus particulièrement au Narrative Art. Mais contrairement à nombre d’artistes de ce mouvement associant souvent image et texte, Mac Adams utilise la photographie seule pour raconter des histoires inspirées des séries noires. Le spectateur en fait la lecture grâce aux multiples indices mis en scène par l’artiste dans ses clichés ; dans la série Mysteries , développée dès 1974 autour de scènes de crimes, l’histoire n’est jamais complète ; seules les images de deux ou trois instants du récit concourent à évoquer une intrigue que le spectateur reconstitue mentalement. Ce dernier se trouve, de fait, libre de son interprétation, faisant intervenir ses projections personnelles les plus inconscientes.

Autres références possibles :
Duane Michals, Things are Queer, 1973
David Levinthal, Untitled, from the series Hitler Moves East, 1972 - 1975
Jeff Wall, La Chambre détruite, 1978
Thomas Demand, Kontrollraum / Control Room, 2011

Cf. PHOTO (DVD)
Réalisateur : Stan Neumann, Luciano Rogolini
Producteurs : ARTE FRANCE, CAMERA LUCIDA PRODUCTIONS
LA PHOTOGRAPHIE MISE EN SCÈNE - Réapparue avec éclat dans la photographie nord-américaine des années 60, la « photographie mise en scène » a connu à partir du milieu des années 70 un regain au sein des avant-gardes artistiques.

- page 1 de 8