Mot-clé - Nature morte

Fil des billets

vendredi 6 janvier 2017

Nature morte contemporaine

« Qu’est-ce qu’une nature morte ? »

  • En îlot et en utilisant les tablettes, recherchez des informations et des exemples définissant la nature morte.
  • Mettez mise en commun vos recherches sous la forme d'une carte mentale. 

« Qu’est-ce qu’une nature morte contemporaine ? »

  • Élaborez un projet personnel d'une « nature morte contemporaine » sous la forme de croquis.
  • Réalisez-le en deux ou trois dimensions, le choix de la technique est libre.

Comment les objets peuvent-ils nous représenter ? Quelle symbolique accorde-t-on aux objets ? Quelle interprétation donner aux objets représentés dans les œuvres picturales ? 

Références possibles :

  • Jean-Baptiste Siméon CHARDIN : Raisins et grenades, 1763, huile sur toile, 57x47 cm. Musée du Louvre, Paris. 
  • Édouard MANET : Anguille et rouget, 1864, huile sur toile, 38x46,5 cm. Musée d’Orsay, Paris.
  • Daniel SPOERRI : Mettre le paquet II, 1965, objets divers collés sur panneau de bois, 123x123 cm, dépôt FNAC. Musée d’Art moderne de Saint-Étienne Métropole. 
  • Allan Mc COLLUM : Perfect vehicles, 1988, installation de 30 pots de 50x22x22 cm, acrylique sur plâtre. Musée de Grenoble. 
  • Fabrice HYBERT : Les Fondations, 1992, peinture réfléchissante et fusain sur toile, ballons, boîte en carton avec dés à jouer, cartes postales, livres, fac-similé, chapeau de paille, 320x400 cm. FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Sam TAYLOR-WOOD, Still Life, 2001, vidéo, 3min44.

Questionnements
  • La représentation ; images, réalité et fiction : l’autonomie de l’œuvre d’art, les modalités de son autoréférenciation. 
  • La matérialité de l’œuvre ; l’objet et l’œuvre : les représentations et statuts de l’objet en art.

Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Exploiter des informations et de la documentation, notamment iconique, pour servir un projet de création.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Concevoir, réaliser, donner à voir des projets artistiques, individuels ou collectifs.
  • Faire preuve d’autonomie, d’initiative, de responsabilité, d’engagement et d’esprit critique dans la conduite d’un projet artistique.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3, D5)

  • Établir des liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les démarches observées.
  • Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Reconnaitre et connaitre des œuvres de domaines et d’époques variés appartenant au patrimoine national et mondial, en saisir le sens et l’intérêt.
  • Identifier des caractéristiques (plastiques, culturelles, sémantiques, symboliques) inscrivant une œuvre dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique.
D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5 Les représentations du monde et l’activité humaine

vendredi 30 octobre 2015

Nature morte... contemporaine

« Qu’est-ce qu’une nature morte ? » 

  1. En îlot en utilisant les tablettes, recherches d’informations et d’exemples ; mise en commun ; élaboration d’un projet personnel. 
  2. « Qu’est-ce qu’une nature morte contemporaine ? » Réalisez une « nature morte contemporaine », en deux ou trois dimensions. 
  3. Fin de la réalisation, évaluation collective. 

Prolongement de la séquence

  1. Retravaillez votre précédente production, afin qu’elle soit plus contemporaine, en y intégrant le mouvement et/ou le son. Mise en place d'ateliers selon le mode de production choisi : installation filmée, performance, travail sur l'ordinateur, etc.
  2. Fin des réalisations. 
  3. Évaluation collective, références artistiques. Questions abordées : image et réalité. Image et temps. Image et référent. Image fixe et animée.

Références artistiques possibles

  • Francisco de Zurbaran : Nature morte, 1633, huile sur toile, 60x107 cm. Norton Simon Foundation, Los Angeles. 
  • Jean-Baptiste Siméon Chardin : Raisins et grenades, 1763, huile sur toile, 57x47 cm. Musée du Louvre, Paris. 
  • Édouard Manet : Anguille et rouget, 1864, huile sur toile, 38x46,5 cm. Musée d’Orsay, Paris.
  • Jean Tinguely : Baluba, 1961-1962, assemblage, matière plastique, métal, fil de fer, fil électrique, tuyau plastique et plumeau avec moteur sur tonneau, 187x56,5x45 cm. Musée national d'art moderne/Centre Georges Pompidou, Paris. 
  • Daniel Spoerri : Mettre le paquet II, 1965, objets divers collés sur panneau de bois, 123x123 cm, dépôt FNAC. Musée d’Art moderne de Saint-Étienne Métropole. 
  • Allan Mc Collum : Perfect vehicles, 1988, installation de 30 pots de 50x22x22 cm, acrylique sur plâtre. Musée de Grenoble. 
  • Fabrice Hybert : Les Fondations, 1992, peinture réfléchissante et fusain sur toile, ballons, boîte en carton avec dés à jouer, cartes postales, livres, fac-similé, chapeau de paille, 320x400 cm. FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Sam Taylor-Wood, Still Life, 2001, vidéo, 3min44 (captures d'écran ci-dessous). Dans Still Life, on peut voir une coupe de fruits en décomposition accélérée, alors que dans A Little Death, c'est un lapin qui est filmé en train de se décomposer. Ces deux vidéos essaient de retranscrire cette inévitable transition entre la vie et la mort, ainsi que le fait qu'il y a toujours de la mort dans la vie et vice versa: alors que les fruits et le lapin sont en train de mourir et de pourrir, on peut voir des asticots, bien vivants, eux, en train de se nourrir des objets morts, entretenant de ce fait, le cycle de la vie et de la mort.

Capture d'écran

Capture d'écran

jeudi 4 septembre 2014

L'attribut du héros

Inventez un héros (ou une héroïne) inspiré(e) de la mythologie* et créez-lui un attribut** contemporain (: actuel). Vous pourrez le mettre en scène dans un contexte choisi ou ne représenter que l'objet qui permet de le reconnaître.

Apprentissages visés au regard du socle commun :

  • Compétence 3 :
    • différencier une situation simulée ou modélisée d'une situation réelle. 
  • Compétence 5 :
    • être sensible aux enjeux esthétiques et humains d’une œuvre artistique ;
    • être capable de porter un regard critique sur un fait, un document, une œuvre de fiction présenté.

*Mythologie : Ensemble des mythes d’une société. Mythe : du grec muthos, ‘fable’. Récit mettant en scène des personnages surhumains et des actions imaginaires symbolisant certains aspects de la réalité.

**Attribut : emblème, symbole, signe distinctif qui représente une figure mythologique, un personnage allégorique, une chose personnifiée. Exemples : le caducée est l’attribut de Mercure, le sceptre et la couronne, les attributs de la royauté.

« Même l’objet le plus familier à nos yeux devient tout autre si on s’applique à le dessiner, on s’aperçoit qu’on ne l’avait jamais vu ».
Paul Valéry

Références possibles :
Héros maitrisant un lion dit « Gilgamesh », albâtre, haut-relief, 218x552 cm, VIIIe siècle avant J.-C., Musée du Louvre, Paris.
Bacchus, Caravage, huile sur toile, 95×85 cm, 1593-1602, Galerie des Offices, Florence. Louis XIV en costume de sacre, Hyacinthe Rigaud, huile sur toile, 277×194 cm, 1701, Musée du Louvre, Paris.
L'Hospice, Gilles Barbier, technique mixte, installation, 2002, Collection Martin Z. Margulies, Miami, USA.

Jacques-Louis David, Le Serment des Horaces

Le tableau Le serment des Horaces, 300x420 cm, de Jacques-Louis David, peint en 1784 fait de son peintre le chef du néoclassicisme (lire la définition du néoclassicisme et l'analyse du tableau sur Wikipédia) en France. Dans ce tableau, il présente la figure du héros comme celle qui exalte les vertus morales, héroïques et patriotiques (: le courage, le don de soi).

Au-delà des héros grecs et romains, les artistes néoclassiques recherchent dans leurs œuvres la perfection de la composition néoclassique dans la mise en scène des personnages, du décor :

  • présentation en frise, comme un bas-relief inspiré de l'antiquité ;
  • architecture romaine avec des colonnes doriennes ;
  • ensemble très statique, l'instant est figé, respect des caractéristiques néoclassiques. La composition est construite pour faire converger les regards vers le centre (bras et glaive). C'est un moment crucial, les frères prêtent serment à leur père de sacrifier leur vie pour la patrie. Les lignes de fuite du carrelage au sol et des murs aboutissent au point de fuite central où culmine la tension dramatique ;
  • sensation de rigueur due à la géométrisation de la composition horizontale et verticale qui donne sa stabilité à l'image ;
  • rythme ternaire : 3 groupes de personnes : le père, les fils, les femmes; 3 arcades. Le chiffre 3 est omniprésent, il est symbole de stabilité, de perfection ;
  • symbolique du devoir ; le rouge dans les costumes des hommes exprime force, virilité, puissance, action et courage ; le blanc est symbole de pureté (habit d'un des fils et d'une femme) ; le bleu renvoie à la sagesse, la paix, la vertu et la foi. Ces couleurs renvoient un message patriotique.
Histoire du tableau
Sous le règne de Tulius Hostilius (670-640 av J.-C.) une guerre éclate entre Rome et Albe. Pour éviter le carnage, il fut décidé que chaque ville choisirait 3 champions pour la représentation sur le champ de bataille. Ainsi, Rome envoya les Horaces et Albe les Curiaces. Le sacrifice des Horaces et des Curiaces exalte les vertus patriotiques.

dimanche 13 janvier 2013

À table !

Proposez, au choix, une production plastique en deux dimensions ou en trois dimensions répondant à la proposition incitative suivante : " À table ! ".
Références artistiques : Pieter Brueghel l'Ancien, huile sur bois, 114×164 cm, 1568, collection du Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)
Raisins et grenade, Jean Siméon Chardin, huile sur toile, 47x57 cm, 1763, Musée du Louvre, Paris
Les Tableaux pièges de Spoerri, assemblage
Still Life #24, Tom Wesselmann, peinture acrylique, objet en polymère, rideau, 122x152 cm. 1962
Ice Cream Being Tasted, Claes Oldenburg, sculpture, 1964
Andy Warhol eating a hamburger (extrait du documentaire 66 scenes from America), Jorgen Leth, vidéo, 4'30, 1981
The Big Supper (La Cène), Gérard Rancinan, photographie, 2009

lundi 3 janvier 2011

Vanité

Damien Hirst,

Le crâne en diamants de Damien Hirst, première icône du XXIème siècle, est symptomatique du regain d’intérêt pour les vanités qui s’introduisent dans le domaine de l’art contemporain.

Une vanité est une catégorie particulière de nature morte dont la composition allégorique suggère que l'existence terrestre est vide, vaine, la vie humaine précaire et de peu d'importance. Très répandu à l'époque baroque, particulièrement en Hollande, ce thème de la vanité s'étend à des représentations picturales comprenant aussi des personnages vivants comme Les Ambassadeurs d’Holbein.

Les Ambassadeurs, Hans Holbein, 1533
Les Ambassadeurs, Hans Holbein, 1533

Vanité, Philippe de Champaigne, 1644
Vanité, Philippe de Champaigne, 1644

« Évoque la vanité des biens terrestres »
Vanité du savoir - livres, instruments scientifiques, art ; 
Vanité des richesses et du pouvoir - argent, bijoux, pièces de collection, armes, couronnes et sceptres ; 
Vanité des plaisirs - pipes, vin, instrument de musique et jeux.

« Évoque le caractère transitoire de la vie humaine »
Squelettes, mesure du temps, montres et sabliers, bougies et lampes à huile, fleurs.

« Contient les éléments qui sont les symboles de la résurrection et de la vie éternelle »
Épis de blé, couronnes de lauriers.

dimanche 2 janvier 2011

Nature morte

La Fontaine de cuivre, Jean-Baptiste Siméon Chardin, 1734
La Fontaine de cuivre, Jean-Baptiste Siméon Chardin, 1733-1734, Musée du Louvre, Paris

Peinte au plus tard en 1733, La Fontaine de cuivre est une des plus extraordinaires compositions de Chardin. En effet, il ne s’agit sans doute pas d’une étude pour Une femme tirant de l’eau à une fontaine ou La Femme à la fontaine (Stockholm, Nationalmuseum). L’artiste traite de ce sujet prosaïque comme on le ferait d’un portrait. La mise en page est très sobre. La fontaine se détache, monumentale, sur le mur et le sol gris où l’ombre portée matérialise l’espace tout en le resserrant. Tout détail superflu est supprimé, seules les formes et les tonalités chaudes ou plus sombres s’équilibrent et se répondent grâce aux objets posés à terre : un poêlon à longue queue appelé cassotte, un seau d’un brun plus terne, une cruche de terre et surtout le petit couvercle de cuivre posé un peu en avant.

Nature morte, Jean-Baptiste Siméon Chardin, 1768
Le gobelet d'argent, Jean-Baptiste Siméon Chardin, 1768, Musée du Louvre, Paris

Douze autres tableaux de Chardin décrivent ce gobelet d'argent dont l'artiste s'est attaché à traduire les reflets. La composition est caractéristique des œuvres tardives du peintre, de plus en plus dépouillées.

Montrez qu'un objet banal du quotidien (ou un élément naturel) peut devenir artistique :
- La première réalisation montre l'objet dans son contexte (ex : dessin d'observation) ;
- La seconde montre l'objet devenu artistique.

Programmes : L'objet dans la culture artistique. Il s'agit de traiter la question du statut de l'objet, lequel peut être artistique, symbolique, décoratif, utilitaire ou publicitaire, et notamment de découvrir la place de l'objet non artistique dans l'art (papiers collés, objets naturels ou manufacturés, détournés.

mardi 12 janvier 2010

Nature morte

Seduction, Petros Christostomou, 2010
Seduction, Petros Christostomou, 2010

mardi 5 janvier 2010

Nature morte

Photographie de Justine Reyes
Still Life with Banana, Purse and Change, Justine Reyes, photographie, 2009

mercredi 9 décembre 2009

Nature morte

Qu'est-ce qu'une nature morte ? Qu'est-ce qu'une nature morte contemporaine ?
Effectuez des recherches au CDI et/ou sur l'Internet.
Réalisez une nature morte très contemporaine - si nécessaire, en intégrez-y le mouvement et/ou le son.

Références artistiques :

Nature morte de Chardin
Nature morte, Jean-Baptiste Siméon Chardin, 1760, Musée du Louvre

Jean-Baptiste Siméon Chardin (Paris, 2 novembre 1699 – Paris, 6 décembre 1779) est considéré comme l'un des plus grands peintres du XVIIIème siècle. Il est surtout reconnu pour ses natures mortes, ses peintures de genre et ses pastels.

Campbell's Soup Cans

Campbell's Soup Cans, souvent appelé 32 boîtes de soupe Campbell, est une œuvre d'art créée en 1962 par Andy Warhol. Elle consiste en trente-deux toiles peintes, mesurant chacune 51x41 cm (20x16 inches), et représentant chacune une boîte de soupe Campbell – une de chaque variété de soupe en conserve proposée par la marque à cette époque. Les peintures individuelles ont été fabriquées avec un procédé sérigraphique semi-mécanique, dans un style non pictural. Cette œuvre, basée sur des thèmes de la culture populaire, a propulsé le pop art comme mouvement artistique majeur aux États-Unis.

Baluba, Jean Tinguely, assemblage, 1961-1962, Musée National d'Art Moderne/Centre Georges Pompidou ;
Perfect vehicles, Allan Mc Collum, 1988, installation de 30 pots, Musée de Grenoble.