Mot-clé - Mise en scène

Fil des billets

lundi 1 mai 2017

« Re-enactment »

Mettez-vous en scène pour rejouer l'action d'un tableau célèbre.
Votre prestation suppose une étude préalable de l'œuvre, mais également l'écriture d'un court scénario, voire d'un story-board pour une meilleure prise en compte de la captation de l'événement.

Problématique : En quoi refaire, rejouer, réinterpréter interroge notre relation au réel ?  

Références artistiques possibles :

  • Cindy SHERMAN, Untitled film stills (images de plateau sans titre), 1977-1980, photographies en noir et blanc
  • Douglas GORDON, 24 Hour Psycho, 1993, vidéo
  • Pierre JOSEPH, Little Democraty, 1997, 20 sérigraphies en quadrichromie (: 20 personnages vivants à réactiver : Plongeur ; Cow-boy ; Superman ; La Fée ; Moine ; Paintballer ; Policier ; Guerrier médiéval ; Lépreuse ; Convalescent ; Oogie ; Pilote auto ; Motard ; Catwoman ; Toréador ; Virginie ; Répliquante ; Sorcière & Voleurs de couleurs ; Cupidon ; Blanche-Neige)
  • RANCINAN, Raft of Illusions (Le Radeau des illusions), Freedom Unveiled (La Liberté dévoilée), 2008, photographies de la série des Métamorphoses 
  • HOPPER VU PAR… Huit réalisateurs européens, tous fascinés par l’univers du peintre Edward Hopper, se sont inspiré de l’un de ses tableaux pour en tirer chacun un film de fiction , coproduction ARTE France/ En haut des marches, 2012
    • MOUNTAIN de Martin de Thurah, d’après « Cape Cod Evening » (11 min) 
    • BERLIN NIGHT WINDOW de Hannes Stöhr, d’après « Night Windows » (6 min), musique du DJ berlinois Paul Kalkbrenner, avec Rita Langiez
    • NEXT TO LAST (Automne 63) de Mathieu Amalric, d’après « Sun in an empty room » (5 min) avec la voix de Frederick Wiseman (rôle de Hopper)
    • HOPE de Dominique Blanc, d’après « A woman in the sun » (5 min) avec Clémence Poesy
    • FIRST ROW ORCHESTRA de Sophie Fiennes, d’après « First Row Orchestra » (4 min)
    • CONFERENCE DE NUIT de Valérie Mréjen, d’après « Conference at night » (5 min) avec Antoine Chappey, Marily ne Canto, Pierre Baux
    • LA MUSE de Sophie Barthes, d’après « Nighthawks » (5 mn) avec Michael Stuhlbarg, Rebecca Brooksher
    • RUPTURE de Valérie Pirson, d’après « Summer Evening » (animation – 4 min)
Shirley 
Photogramme de Shirley, un voyage dans la peinture d'Edward Hopper, un film réalisé par Gustav Deutsch, 2013

* Re-enactment
Le re-enactment est un jeu de rôle grandeur nature, dans lequel les participants recréent une période historique donnée ou plus particulièrement un événement passé. Le re-enactment met en scène la plupart du temps des batailles et faits d’armes. La base historique est cependant interprétée par les re-enactors qui n’hésitent pas à inventer des saynètes plausibles et à broder autour de leurs connaissances. Nous ne sommes pas en présence de ce qui pourrait s’apparenter à un spectacle.
Le phénomène tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, dans son acception moderne, débute avec les commémorations en 1960 du centenaire de la Guerre civile américaine (1860-1865) aux États-Unis. On pourrait cependant remonter les origines du re-enactment jusqu’au temps de l’Empire romain. Les Romains reconstituaient en effet des batailles navales fameuses dans le Colisée, appelées Naumachiae, en inondant celui-ci.

Questionnements
  • La représentation ; images, réalité et fiction : la narration visuelle - l’autonomie de l’œuvre d’art, les modalités de son autoréférenciation. 
  • L’œuvre, l’espace, l’auteur, le spectateur : la présence matérielle de l’œuvre dans l’espace, la présentation de l’œuvre. 
Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Recourir à des outils numériques de captation et de réalisation à des fins de création artistique.
  • Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation, y compris numérique.
  • Exploiter des informations et de la documentation, notamment iconique, pour servir un projet de création.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Faire preuve d’autonomie, d’initiative, de responsabilité, d’engagement et d’esprit critique dans la conduite d’un projet artistique.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3, D5)

  • Porter un regard curieux et avisé sur son environnement artistique et culturel, proche et lointain, notamment sur la diversité des images fixes et animées, analogiques et numériques.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Reconnaitre et connaitre des œuvres de domaines et d’époques variés appartenant au patrimoine national et mondial, en saisir le sens et l’intérêt.
D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5 Les représentations du monde et l’activité humaine

Géant ou minuscule, changement de monde

Proposez une photographie numérique (ou vidéo) de l'objet que vous avez choisi d'un point de vue singulier, afin de donner un sens tout personnel à la proposition suivante : « géant ou minuscule, mon objet change de monde ».
Accompagnez votre réalisation de croquis préparatoires et d'une note explicative.

Problématique :
En quoi la mise en scène de l’objet modifie-t-elle la perception du spectateur ? 

Références artistiques possibles :

  • René MAGRITTE, La chambre d'écoute, 1952, huile sur toile, 45x55 cm, The Menil Collection, Houston
  • Charles SIMONDS, Abandoned Observatory (Observatoire abandonné), 1975, argile et sable, 25x76x76 cm, Centre Georges Pompidou, Paris
  • Claes OLDENBURG, Chothes Pin, (Épingle à linge), 1976, acier, 13,70x3,70x1,40 m, Center Square Plaza, Philadelphie, USA
  • Jeff KOONS, Balloon Dog, 1994-2000, acier inoxydable, 3,07x3,63x1,14 m, Centre Georges Pompidou, Paris
  • Robert THERRIEN, No Title (Table and Four Chairs), 2003, aluminium, acier, bois et matière plastique, chaise : 2,86x1,43x1,73 m , table : 2,69x4,68x3,62 m, Tate/ National Galeries of Scotland
  • ROYAL de LUXE, La Géante du Titanic et le Scaphandrier, juin 2009, événement, Nantes - La Petite Géante est une marionnette de 5,5 m pour 800 kg et Le Géant, 10 m pour 2500 kg
  • Joana VASCONCELOS, Call Center, 2014-2015, téléphones analogiques, acier métallisé et thermo-laqué, système sonore et oscillateurs pilotés par microcontrôleurs, 10x0,80x2,99 m, The Tia Collection

Vue d'exposition - R Thierrien 

Robert THERRIEN, No title (Folding table and chairs, green), 2008, table : 2,44x3,04x3,04 m ; 4 chaises : 2,64x1,62x1,83 m chacune

Questionnements
  • La représentation plastique et les dispositifs de présentation : la mise en regard et en espace - la prise en compte du spectateur, de l’effet recherché. 
  • Les fabrications et la relation entre l’objet et l’espace : l’invention, la fabrication, les détournements, les mises en scène des objets.
Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Représenter le monde environnant ou donner forme à son imaginaire en explorant divers domaines (dessin, collage, modelage, sculpture, photographie, vidéo...). 
  • Rechercher une expression personnelle en s’éloignant des stéréotypes.
  • Intégrer l’usage des outils informatiques de travail de l’image et de recherche d’information, au service de la pratique plastique. 

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D5)

  • Adapter son projet en fonction des contraintes de réalisation et de la prise en compte du spectateur.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3)

  • Décrire et interroger à l’aide d’un vocabulaire spécifique ses productions plastiques, celles de ses pairs et des œuvres d’art étudiées en classe.
  • Justifier des choix pour rendre compte du cheminement qui conduit de l’intention à la réalisation.
* D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5 Les représentations du monde et l’activité humaine

lundi 10 avril 2017

LUMIÈRE ! Scène 1, Acte I.

À partir d'un objet que vous aurez apporté, réalisez une mise en scène de celui-ci en utilisant le matériel d'éclairage. Puis vous réaliserez une photographie en utilisant judicieusement les phylactères et onomatopées fournis sur lesquels seront notées des exclamations expressives.

Remarque : la pièce sera assombrie. Des lampes de poche et des filtres colorés seront mis à disposition.

En quoi la lumière peut-elle être exploitée pour ses qualités expressives ? Comment la lumière peut-elle transmettre une émotion au spectateur ? 

Extrait du film Nosferatu de Murnau

Références artistiques :

  • Johannes VERMEER, La Dame au collier de perles, huile sur toile, 55x45 cm, 1664
  • Claude MONET, Les Cathédrales de Rouen, série de 30 toiles, de 1892 à 1894
  • Casimir MALEVITCH, costumes, scénographie et lumières de Victoire sur le soleil, opéra de 1913
  • Robert WIENE, Le cabinet du Dr Caligari, film, 1919
  • Friedrich Wilhelm MURNAU, Nosferatu, 1922
  • Charles LAUGHTON, La nuit du chasseur, film, 1955 
  • Christian BOLTANSKI, Théâtre d'ombres, installation, 1984
  • Michel OCELOT, Princes et Princesses, animation, 2000
  • Charles BURNS, Black Hole, bande dessinée, 12 volumes de 1995 à 2005
  • Ted PIM, Ford Factory, Belfast, peinture murale, 2014

Objectifs : 

  • être capable de comprendre que la lumière, bien qu’élément immatériel, peut trouver sa place en tant que médium dans une réalisation plastique,
  • être capable de comprendre que la lumière peut contribuer à faire passer une émotion dans une œuvre (: valeur et qualité expressive de la lumière).

Blackhole-Burns.jpg
Charles BURNS, Extrait d'une planche de Black Hole, 1995-2005

Questionnements
  • La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux constituants de l’œuvre : les qualités physiques des matériaux - la matérialité et la qualité de la couleur.
Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Rechercher une expression personnelle en s’éloignant des stéréotypes.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3)

  • Justifier des choix pour rendre compte du cheminement qui conduit de l’intention à la réalisation.
  • Formuler une expression juste de ses émotions, en prenant appui sur ses propres réalisations plastiques, celles des autres élèves et des œuvres d’art.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Décrire des œuvres d’art, en proposer une compréhension personnelle argumentée.
* D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5Les représentations du monde et l’activité humaine

mardi 20 décembre 2016

Guide du regard

« La composition est une opération de la peinture par laquelle, dans une œuvre, on réunit les différentes parties. » — Alberti, De pictura, 1435

La composition est l'organisation des éléments visuels à l'intérieur des limites d'une image. Elle s'envisage comme pratique et réflexion au moment de la réalisation de l'image ou comme sujet de l'analyse d'une image existante.

Les éléments visuels pris en considération pour composer l'image :

  • la forme du cadre et ses proportions ; 
  • la ligne : le chemin visuel qui permet à l'œil de se déplacer dans le tableau ; 
  • la direction : les itinéraires visuels ; 
  • la forme : un espace géométrique ou organique ; 
  • la couleur et le ton : avec leurs diverses valeurs et intensités, 
  • les lumières et ombres ; 
  • les dimensions et proportions des formes les unes avec les autres ; 
  • la perspective : l'expression de la profondeur.

Réalisez une composition photographique ayant pour objet de guider le regard du spectateur vers un élément emblématique de votre image. Vous devrez remettre vos croquis préparatoires établissant la composition de l'image.

Références possibles :

  • Piero della FRANCESCA, La Flagellation du Christ, entre 1444 et 1478, tempera sur bois de peuplier, 58,4x81,5 cm, Galleria Nazionale delle Marche, Urbino (Italie)
  • École de Fontainebleau, Gabrielle d'Estrées et une de ses sœurs, 1594-1595, huile sur panneau de chêne, 96x125 cm, Musée du Louvre, Paris
  • Diego VELÁSQUEZ, Les Ménines, 1656, huile sur toile, 318x276 cm, Musée du Prado, palais du roi Philippe VI, Madrid (Espagne)
  • Théodore GÉRICAULT, Le Radeau de la Méduse, 1818-1819, peinture à l'huile, toile sur bois, 491x716 cm, Musée du Louvre, Paris
  • Eugène DELACROIX, La Liberté guidant le peuple, 1830, peinture à l'huile, 260x325 cm, Musée du Louvre, Paris

Questionnements
  • La représentation ; images, réalité et fiction :  le dispositif de représentation - la narration visuelle 

Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation, y compris numérique.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique et en anticiper les difficultés éventuelles.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Reconnaitre et connaitre des œuvres de domaines et d’époques variés appartenant au patrimoine national et mondial, en saisir le sens et l’intérêt.
D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5 Les représentations du monde et l’activité humaine

dimanche 17 janvier 2016

A Film Still

Réalisez une mise en scène, de l’extrait du film que vous aurez choisi, dans un espace défini (la boîte) en jouant sur : la narration, le point de vue du spectateur, l’étagement des plans, l’intérieur / l’extérieur.
Remarques :
Dessinez les éléments ou servez-vous de photos de magazines, introduisez des objets...
Pensez à toutes les faces de la boîte, en particulier à ménager au moins une ouverture pour permettre à la lumière d’éclairer la scène.
Soyez attentif à varier l’échelle des plans, du premier plan à l’image de fond, décor de la mise en scène et à la combinaison des perspectives (naturelle / illusionniste). 

Notions abordées : cadrage, champ et hors-champ, profondeur de champ, point de vue, échelle, mise en scène, scénographie, narration.

"Film Still" (: film immobile) caractérise une photographie prise hors ou sur le plateau de tournage d'un film ou d'une émission de télévision au cours de sa production. Ces photographies sont habituellement prises par des photographes de studio pour des fins promotionnelles. Ces prises de vue peuvent consister en des images posées ou candides prises sur le plateau lors de la production du film ; elles peuvent inclure des stars et les membres de l'équipe de tournage. Le but principal est de promouvoir les studios et leurs nouveaux films et les acteurs.

sherman14.jpg
Untitled Film Still #14,
Cindy Sherman, photographie, 1978, Collection The Museum of Modern Art, New York.

Untitled film stills est la première série réalisée par Cindy Sherman entre 1977 et 1980 qui l’imposera sur la scène artistique internationale. Dans cette série de photographies en noir et blanc inspirée de l’esthétique des "stills" des films de série B, l’artiste se met en scène tout en plagiant les photographies d’actrices de cinéma des années 1950 et 1960.
Le sujet est une femme, seule, dans des situations diverses dans lesquelles Cindy Sherman y incarne des personnages féminins stéréotypés, ce qui lui permet de jouer, de détourner les clichés.
Dans un décor réel, elle interprète et représente 69 personnages de la starlette à la femme fatale. Le spectateur a le sentiment d’être face à des personnages féminins de vieux films en noir et blanc, il est libre de construire ses propres histoires car le véritable visage de l’artiste reste une énigme. Son identité est absente. Elle ne se dévoile pas et elle démonte par ce travail la notion même d’identité : la photo devient l’outil de cette déconstruction.

  Mac-Adams-Fury-1976.jpg
Fury, Mac Adams, diptyque photographique, 1976

L'œuvre de Mac Adams le rattache au courant conceptuel développé dans les années 70 et plus particulièrement au Narrative Art. Mais contrairement à nombre d’artistes de ce mouvement associant souvent image et texte, Mac Adams utilise la photographie seule pour raconter des histoires inspirées des séries noires. Le spectateur en fait la lecture grâce aux multiples indices mis en scène par l’artiste dans ses clichés ; dans la série Mysteries , développée dès 1974 autour de scènes de crimes, l’histoire n’est jamais complète ; seules les images de deux ou trois instants du récit concourent à évoquer une intrigue que le spectateur reconstitue mentalement. Ce dernier se trouve, de fait, libre de son interprétation, faisant intervenir ses projections personnelles les plus inconscientes.

Autres références possibles :
Duane Michals, Things are Queer, 1973
David Levinthal, Untitled, from the series Hitler Moves East, 1972 - 1975
Jeff Wall, La Chambre détruite, 1978
Thomas Demand, Kontrollraum / Control Room, 2011

Cf. PHOTO (DVD)
Réalisateur : Stan Neumann, Luciano Rogolini
Producteurs : ARTE FRANCE, CAMERA LUCIDA PRODUCTIONS
LA PHOTOGRAPHIE MISE EN SCÈNE - Réapparue avec éclat dans la photographie nord-américaine des années 60, la « photographie mise en scène » a connu à partir du milieu des années 70 un regain au sein des avant-gardes artistiques.

vendredi 17 avril 2015

Razzle Dazzle

USS Leviathan, 1918

Camouflage disruptif, aussi connu sous le nom de Razzle Dazzle aux États-Unis (Dazzle signifiant « embrouiller » en anglais), était une technique de camouflage destinée à protéger un navire des tirs d'artillerie et de torpilles, en empêchant l'adversaire d'estimer avec précision sa position et son cap. Attribué à l'artiste Norman Wilkinson, ce camouflage repose sur un motif complexe formé d'un enchevêtrement de lignes irrégulières et de couleurs très contrastées, afin de briser la silhouette du navire.

Par différents moyens plastiques, faites que l'objet que vous avez apporté devienne l'élément le moins voyant sur la photographie que vous réaliserez.

Références artistiques :
Camouflage Botticelli, Naissance de Vénus III, Alain Jacquet, photographie, 1964
Camouflage, Andy Warhol, sérigraphies, 1986
Hiding in the City, Liu Bolin, photographies, 2005
Blanche Neige Inventaire 131, Bernard Pras, installation et photographie, 2012

dimanche 12 octobre 2014

Autoportrait à l'objet

Dans les autoportraits où les artistes se représentent avec les outils du métier (tableau, chevalet, palette, pinceau, appareil photographique, etc.) sera longtemps une tradition iconographique. C’est l’occasion de s’inscrire dans le cercle des arts. L’outil ou l’objet est le moyen d’indiquer un désir, une réalité ou un fantasme durables. 

Se représenter avec un objet, sera l’occasion, pour vous, de porter une réflexion, non pas sur votre représentation mais sur votre évocation, de trouver un objet transitionnel, un attribut, un objet qui vous « re-présente ».

Détail, Les Ménines, Diego Velásquez, huile sur toile, 318×276 cm, 1656, Musée du Prado, dans le palais du roi Philippe VI, Madrid

Détail, Les Ménines, Diego Velásquez, huile sur toile, 318×276 cm, 1656, Musée du Prado, dans le palais du roi Philippe VI, Madrid

Le noyé (Autoportrait), Hippolyte Bayard, photographie, 1840

Le noyé (Autoportrait), Hippolyte Bayard, photographie (dispositif direct), 1840

Détail, L'Atelier du peintre, Gustave Courbet, huile sur toile, 361×598 cm, 1855, Musée d'Orsay

Détail, L'Atelier du peintre, Gustave Courbet, huile sur toile, 361×598 cm, 1855, Musée d'Orsay

Self-Portrait with Camera, Man Ray, photographie solarisée, 1932

Self-Portrait with Camera, Man Ray, photographie solarisée, 1932

Triple autoportrait, Norman Rockwell, huile sur toile, 113,5x87,5 cm, couverture du Saturday Evening Post du 13 février 1960

Triple autoportrait, Norman Rockwell, huile sur toile, 113,5x87,5 cm, couverture du Saturday Evening Post du 13 février 1960

Self-Portrait, Andy Warhol, peinture et sérigraphie sur toile, 82x102 cm, 1964

Self-Portrait, Andy Warhol, peinture et sérigraphie sur toile, 82x102 cm, 1964

Color Safe, Daniel Firman, plâtre, acier et divers objets, 2003

Color Safe, Daniel Firman, plâtre, acier et divers objets, 2003

dimanche 23 mars 2014

Shadows

Concevez puis réalisez une photographie où vous mettrez en valeur l’ombre des choses.

Références possibles :
Modulateur espace-lumière, 1930 de László Moholy-Naggy.
Masque de mort, 1978, d’Arnulf Rainer,
Théâtre d’ombres, 1984, et Autel Chases, 1987, de Christian Boltanski,
Métamorphose, 1991-92, de Markus Raetz,
Claire voie n°64, 2003, de Francis Limérat,
L'ami du peuple, Les emballages perdus, 2005, de François Loriot et Chantal Mélia,
Urban Shadows, Zevs, 2000.

    « Nous avons une production commune depuis 1992. Un soir, une nuit, le hasard a voulu que l'on repère - ensemble - sur le mur, une très extraordinaire tache de lumière. Subjugués par le mystère de cette tache, nous sommes restés un long moment à la décrypter. L'énigme fut résolue lorsque l'on vit le chat s´étirer : il s'était endormi en cachant une partie du miroir posé sur le lit encombré d'objets divers. Le chat sauta, l'image disparut, le miracle était fini ! » François Loriot et Chantal Mélia.

Repères possibles :
1. Les différents dispositifs utilisés pour cerner, dessiner, fixer (manuellement) l’ombre du sujet projetée sur l’écran/support. Les dispositifs optiques pour capter des images : le miroir, la camera obscura, la camera lucida. Le support photosensible.
2. Le photogramme : la photographie sans appareil. L’exposition par contact. La révélation et la fixation de l’empreinte lumineuse. W.H. Fox Talbot, Man Ray, László Moholy-Nagy...
3. La chambre noire. Le sténopé. L’expérimentation de la prise de vue

Notions abordées : vraisemblance, ressemblance, dissemblance, illusion, représentation, fiction, réel

dimanche 24 mars 2013

Super

" Je deviens un super-héros ou un super-méchant. "

Je me photographie, puis en utilisant le logiciel adéquat, je rends visible les pouvoirs de mon personnage en pleine action.

Contraintes : costume, mise en scène, photographie numérique, logiciel de retouche d’image numérique (utilisation obligatoire des calques). Objectif : codes de la narration, iconographie du héros, cadrage, point de vue, effets numériques...

Références possibles : Second Life, World of Warcraft, cosplay, Pierre Huyghe, Jean-Luc Vilmouth, Mariko Mori.