Mot-clé - Installation

Fil des billets

mardi 30 mai 2017

De la lettre

La lettre a pour particularité de n’avoir aucune signification, de même elle n’est pas un son qui fait sens. Graphie sans lien avec le visuel ou l’expérience, au contraire des idéogrammes, elle n’existe que comme élément d’une chaîne. La lettre est liée à l’écriture et non au langage.

Vous réaliserez une écriture utilisant la lettre comme pur élément visuel et amenant le spectateur à comprendre la signification de votre réalisation sans nécessairement lire le mot écrit.

Problématique : Comment le mot peut-il construire du sens autre que textuel ?


Jan MANČUŠKA, Notion in Progress, 2010, bois, peinture, métal, parquet, caisson lumineux, projection, dimensions variables


Tania MOURAUD, Wysiwyg (What you see is what you get), 1989-2007, peinture murale

Références artistiques possibles :

  • Raoul HAUSMANN, ABCD, 1923-1924, encre de Chine, reproduction de photographie et imprimés découpés, collés sur papier, 40,4x28,2 cm
  • René MAGRITTE, La Trahison des images, 1928–1929 , huile sur toile, 59x65 cm, ou Querelle des universaux, 1928, huile sur toile, 53,5x72,5 cm
  • Kurt SCHWITTERS, Merzzeichnüng 54. Fallende Werte, 1920, aquarelle, gouache, encre, mine graphite, papiers et tissu collés sur papier, 30x22,5 cm
  • Isidore ISOU, Signes fauves, 1961, huile sur toile, 46x8 cm
  • Ben VAUTIER, Ben, Mon envie d'être le seul, 1976, peinture de la série Introspections Acrylique sur toile, 100,2x100,5x4,7 cm
  • Joseph KOSUTH, One and Three Chairs, 1965, photographies, chaise.
  • Christian ROBERT-TISSOT, VOID, 2005, polystyrène, acrylique, câbles, moteurs, 100x580 cm
  • Richard BAQUIÉ, LE TEMPS DE RIEN, 1986, plaques d'impression, structure métalliques 
  • Jan MANČUŠKA, Notion in Progress, 2010, bois, peinture, métal, parquet, caisson lumineux, projection, dimensions variables
  • Tania MOURAUD, Wysiwyg (What you see is what you get), 1989-2007, peinture murale
  • Robert INDIANA, Love, 3,66x3,66x1,83 m, 1970, acier Corten

mardi 7 mars 2017

De l’idée dans l’image

Proposez le projet d'une œuvre tridimensionnelle utilisant « Le poids des mots, le choc de l'image » (cf. slogan de Paris Match). Effectuez sur votre temps libre au CDI des recherches sur les artistes qui utilisent le texte, le langage dans leurs œuvres. 

Vous réaliserez des croquis accompagnés au choix d'une maquette (papier, carton, etc.) ou d'un photomontage ou d'une maquette modélisée en 3D.

Vocabulaire :

  • Environnement : transposition de l'espace scénique du tableau à celui de la réalité.
  • In situ : œuvre réalisée sur place.
  • Installation : environnement-cadre des actions, happenings et performances ; lieu de réflexion sur le "cadre " où l'art se manifeste.

Objectif : Distinguer la représentation d'une chose concrète et celle d'une idée.

En quoi la représentation d'une idée se distingue-t-elle de celle d'une chose concrète ?

Références possibles :

  • Eugène DELACROIX, La Liberté guidant le peuple, 1830, huile sur toile, 260x325 cm, Musée du Louvre
  • René MAGRITTE, La Trahison des images, 1929, huile sur toile, 59x65 cm
  • Joseph KOSUTH, One and Three Chairs, 1965, chaise en bois, photographie de la chaise et agrandissement photographique de la définition du mot "chaise" dans le dictionnaire, 118x271x44 cm
  • BEN, Je peut tout me permettre, 1971, acrylique sur toile, 97x130 cm
  • Barbara KRUGER, You Are Not Yourself, 1982, photo collage, 182,9x121,9 cm
  • Christian ROBERT-TISSOT, Écran total, 1998, acrylique sur bois, métal, 311x730x11 cm

Questionnements
  • La représentation ; images, réalité et fiction : la ressemblance - la création, la matérialité, le statut, la signification des images.
  • La matérialité de l’œuvre ; l’objet et l’œuvre : les qualités physiques des matériaux.
Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5)
  • Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.
  • S’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique artistique et réflexive.

Mettre en œuvre un projet artistique (D2, D3, D4, D5)

  • Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le réorienter, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3, D5)

  • Dire avec un vocabulaire approprié ce que l’on fait, ressent, imagine, observe, analyse ; s’exprimer pour soutenir des intentions artistiques ou une interprétation d’œuvre.
  • Établir des liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les démarches observées.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art (D1, D3, D5)

  • Identifier des caractéristiques (plastiques, culturelles, sémantiques, symboliques) inscrivant une œuvre dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique.
D1 Les langages pour penser et communiquer - D2 Les méthodes et outils pour apprendre - D3 La formation de la personne et du citoyen - D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine - D5 Les représentations du monde et l’activité humaine

Écran total, Christian Robert-Tissot

Christian ROBERT-TISSOT, Écran total, 1998, acrylique sur bois, métal, 311x730x11 cm

Barbara Kruger à la galerie M Boone NY

Barbara KRUGER, Untitled, installation à la galerie Mary Boone Gallery, New York, Janvier 1991

samedi 1 octobre 2016

Métamorphose emblématique du lieu

Comment une œuvre questionne la perception et la réception d’un lieu ? 

Proposer un projet collectif ayant pour objectif de métamorphoser la perception habituel d'un lieu emblématique du collège. Votre projet d'intervention plastique, questionnera les rapports entre l'espace perçu, ressenti et l'espace construit.


Tadashi KAWAMATA, Gandamaison, Versailles, 2008


Lawrence WEINER, REDUCED, 1970, Text on wall, Dimensions variable, Collection of the Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington, DC.

Références possibles :

  • Hans HOLBEIN le Jeune, Les ambassadeurs, 1533, huile sur bois, 206 x 209 cm, Renaissance, National Gallery.
  • Marcel DUCHAMP, 16 miles of string, 1942. Exposition First paper of surrealism, New York.
  • Lawrence WEINER, Reduced, 1970, Art conceptuel. 
  • Georges ROUSSE, Anamorphose(s), juin-octobre 2013, Chapelle de la Visitation, Thonon-Les-Bains.
  • Felice VARINI, Vingt-trois disques évidés plus douze moitiés et quatre quarts, 2013, vidéo de 3 minutes de la RMN ; Extension, 2004. 
  • Tadashi KAWAMATA, Gandamaison, Versailles, 2008
  • Joseph EGAN, It’s a point of view, 2011. 
  • Chiharu SHIOTA, Infinity, 2014.

Source : site disciplinaire de l'Académie de Grenoble

Questionnements :
  • L’expérience sensible de l’espace de l’œuvre.
  • Le dispositif de représentation.
  • La présence matérielle de l’œuvre dans l’espace, la présentation de l’œuvre : le rapport d’échelle, l’in situ, les dispositifs de présentation, la dimension éphémère, l’espace public ; l’exploration des présentations des productions plastiques et des œuvres ; l’architecture. 
  • L’expérience sensible de l’espace de l’œuvre : les rapports entre l’espace perçu, ressenti et l’espace représenté ou construit ; l’espace et le temps comme matériaux de l’œuvre, la mobilisation des sens ; le point de vue de l’auteur et du spectateur dans ses relations à l’espace, au temps de l’œuvre, à l’inscription de son corps dans la relation à l’œuvre ou dans l’œuvre achevée.
Compétences :
  • Concevoir, réaliser, donner à voir des projets artistiques, individuels ou collectifs.
  • Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.
  • Porter un regard curieux et avisé sur son environnement artistique et culturel, proche et lointain.

À mettre ensemble

En quoi les objets dans leur modalité de présentation peuvent-ils modifier la perception du contexte* ?

Réaliser une mise en scène d'objets (sans valeur) qui permette de modifier la perception que l'on a d'eux.

*Contexte : Ensemble des circonstances dans lesquelles s’insère un fait, un événement. Synonymes : situation, circonstance, climat, condition, conjoncture, cours des choses, état de choses, état de fait, paysage, position, situation, tenants et aboutissants.

Assemblage : équivalent tridimensionnel du collage. Œuvre constituée d’éléments initialement distincts, souvent de natures différentes, rendus solidaires : objets ou fragments d’objets naturels ou manufacturés, formes façonnées, etc. C’est aussi le procédé qui conduit à ces œuvres.

Installation : œuvre d'art contemporain dont les éléments, de caractère plastique ou conceptuel, sont organisés dans un espace donné.

Questionnements
  • L’objet comme matériau en art : la transformation, les détournements des objets dans une intention artistique ; la sublimation, la citation, les effets de décontextualisation et de recontextualisation des objets dans une démarche artistique.
  • Les représentations et statuts de l’objet en art : la place de l’objet non artistique dans l’art ; l’œuvre comme objet matériel, objet d’art, objet d’étude.

Compétences

  • Concevoir, réaliser, donner à voir des projets artistiques, individuels ou collectifs.
  • Faire preuve d’autonomie, d’initiative, de responsabilité, d’engagement et d’esprit critique dans la conduite d’un projet artistique. 
  • Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires. 

Références possibles

  • ERRÓ, Foodscape, 1962, peinture glycérophtalique sur toile, 200x300 cm. Modern Art Museet Stockholm
  • Tadashi KAWABATA, Chairs for Abu Dhabi, 2012. Chaises, fauteuils, sofa, bancs, tabourets et structure métallique 6x7x6 m
  • Bernard PRAS, Louis XIV, Inventaire 47, 2003, photographie d'assemblage d'objets réels issus de la consommation alimentaire
  • Tony CRAGG, Blue Horn - Axt, installation, 1982
  • Joana VASCONCELOS, Marilyn, 2011, 297x155x410 cm, Galerie des Glaces, Château de Versailles
  • Hilla et Bernd BECHER, Châteaux d'eau, photographies en noir et blanc, 1981, Musée Guggenheim, NY
  • Vik MUNIZ, Saturn Devouring One of His Sons (d'après Goya), photographie, 2006
  • Claes OLDENBURG, Giants, sculpture, 1980

Vue d'une installation de TonyCragg
Tony CRAGG, Blue Horn - Axt, 1982

Photographie de Vik Muniz
Vik MUNIZ, Saturn Devouring One of His Sons (d'après Goya), photographie, 2006

mercredi 4 mai 2016

DÉS/ÉQUILIBRE

Dans une production plastique, créez une tension entre les notions d’équilibre et de déséquilibre. Le dispositif de présentation devra rendre compte de cette perte d’équilibre. (Possibilité d’avoir une bande sonore) 

  • Équilibre : (du latin aequilibrium, de aequus « égal » et libra « balance, poids ») concept décrivant les situations où les forces en présence – les parties dans le cas d'une métaphore – sont égales, ou tel qu'aucune ne surpasse les autres.
  • Déséquilibre : perte ou absence d’équilibre, d’une position stable. Répartition inégale des forces en présence. Manque de proportions, d'harmonie, de concordance.

Critères d’évaluation : 

Capacité à rendre sensible la notion d’équilibre.
Capacité à proposer un dispositif de présentation.
Capacité à expliquer.
Maitrise technique et plastique de la production.

Références possibles :

Yves KLEIN, Le saut dans le vide, 1960.
Perter FISCHLI et David Weiss, Natural Grace, from A Quiet Afternoon, 1985.
Philippe RAMETTE, Lévitation de chaise, 2007.
Daniel FIRMAN, Würsa (à 18 000 km de la Terre), 2008.

Termes utilisés lors de la verbalisation :

mobile/ immobile, point d'appui, sol, pesanteur, poids, socle, suspension, bascule, réel/ suggéré (ex : L’homme qui marche de Rodin en figurant un homme aux bras et jambes avancés symétriquement, créé un déséquilibre psychologique, une anomalie et c’est cela qui amorce le mouvement), répartition, défi, jeu d'adresse.

Natural Grace
Perter FISCHLI et David Weiss, Natural Grace, from A Quiet Afternoon, Chromogenic Print, 1985

Chaise
Philippe RAMETTE, Lévitation de chaise n°3, sculpture en bronze signée et numérotée, 2006

vendredi 30 octobre 2015

Nature morte... contemporaine

« Qu’est-ce qu’une nature morte ? » 

  1. En îlot en utilisant les tablettes, recherches d’informations et d’exemples ; mise en commun ; élaboration d’un projet personnel. 
  2. « Qu’est-ce qu’une nature morte contemporaine ? » Réalisez une « nature morte contemporaine », en deux ou trois dimensions. 
  3. Fin de la réalisation, évaluation collective. 

Prolongement de la séquence

  1. Retravaillez votre précédente production, afin qu’elle soit plus contemporaine, en y intégrant le mouvement et/ou le son. Mise en place d'ateliers selon le mode de production choisi : installation filmée, performance, travail sur l'ordinateur, etc.
  2. Fin des réalisations. 
  3. Évaluation collective, références artistiques. Questions abordées : image et réalité. Image et temps. Image et référent. Image fixe et animée.

Références artistiques possibles

  • Francisco de Zurbaran : Nature morte, 1633, huile sur toile, 60x107 cm. Norton Simon Foundation, Los Angeles. 
  • Jean-Baptiste Siméon Chardin : Raisins et grenades, 1763, huile sur toile, 57x47 cm. Musée du Louvre, Paris. 
  • Édouard Manet : Anguille et rouget, 1864, huile sur toile, 38x46,5 cm. Musée d’Orsay, Paris.
  • Jean Tinguely : Baluba, 1961-1962, assemblage, matière plastique, métal, fil de fer, fil électrique, tuyau plastique et plumeau avec moteur sur tonneau, 187x56,5x45 cm. Musée national d'art moderne/Centre Georges Pompidou, Paris. 
  • Daniel Spoerri : Mettre le paquet II, 1965, objets divers collés sur panneau de bois, 123x123 cm, dépôt FNAC. Musée d’Art moderne de Saint-Étienne Métropole. 
  • Allan Mc Collum : Perfect vehicles, 1988, installation de 30 pots de 50x22x22 cm, acrylique sur plâtre. Musée de Grenoble. 
  • Fabrice Hybert : Les Fondations, 1992, peinture réfléchissante et fusain sur toile, ballons, boîte en carton avec dés à jouer, cartes postales, livres, fac-similé, chapeau de paille, 320x400 cm. FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Sam Taylor-Wood, Still Life, 2001, vidéo, 3min44 (captures d'écran ci-dessous). Dans Still Life, on peut voir une coupe de fruits en décomposition accélérée, alors que dans A Little Death, c'est un lapin qui est filmé en train de se décomposer. Ces deux vidéos essaient de retranscrire cette inévitable transition entre la vie et la mort, ainsi que le fait qu'il y a toujours de la mort dans la vie et vice versa: alors que les fruits et le lapin sont en train de mourir et de pourrir, on peut voir des asticots, bien vivants, eux, en train de se nourrir des objets morts, entretenant de ce fait, le cycle de la vie et de la mort.

Capture d'écran

Capture d'écran

dimanche 10 mai 2015

Emparez-vous artistiquement de la cour !

Après avoir choisi un endroit singulier de la cour de récréation, vous proposerez un projet d'intervention artistique sur ce lieu et vous le présenterez sous la forme d'un diaporama intégrant vos croquis, photomontages ou photographies de votre maquette, etc.

Objectifs :

  • Prendre en considération, dans une production artistique, les données physiques d’un espace. 
  • Réaliser une production artistique qui implique le corps (geste, mouvement, déplacement, positionnement. dans l'espace). 
  • Produire du sens en disposant des objets, des matériaux, des volumes dans un espace déterminé. 
  • Prendre en compte le lieu et l'espace comme éléments constitutifs du travail plastique. 
  • Transformer la perception d'un espace (représenté construit).

Mots clefs : installation, in situ, performance/ happening, éphémère, objet, corps, projet, photomontage, document.

Références artistiques possibles :

Le plein, Arman, galerie Iris Clert, 1960.
A line made by walking, England, Richard Long, 1967.
Gandamaison, Tadashi Kawamata, Versailles, 2008.
Pixel Pour, installation new-yorkaise de Kelly Goeller, 2008.
Bodies Urban Space, Willi Doner, Berlin, le 22 aout 2009.
Little People, Slinkachu, 2008-2010 (www.slinkachu.com).
Art Attacks, Octupied Building, Flithy Luker, 2012 (www.filthyluker.org).

Installation : disposition de matériaux et éléments divers dans un espace donné.
In situ : expression latine qui indique qu'une œuvre est réalisée uniquement pour le lieu qu'elle occupe.

Filthy Luker à Dublin

Octopus Attacks in Dublin, Filthy Luker, pieuvre gonflable, 2014.

dimanche 20 avril 2014

Lieu de simulation et d’expérience visuelle

Après avoir choisi un endroit singulier de la salle d’arts plastiques (S213), vous (équipe de trois) interviendrez sur le lieu et le donnerez à voir différemment.
Pour se faire, il vous faudra : observer les caractéristiques intrinsèques du lieu : les matériaux utilisés, les formes, les dimensions, l’organisation des éléments construits et/ou naturels, les couleurs, la lumière, etc. Relever (croquis) les points de vue les plus significatifs du lieu ; noter et analyser le comportement qu’induit le lieu.

Vous vous approprierez le lieu et le rendrez réactif au regard des spectateurs.
L’œuvre unique en tant qu’objet est transformée par son espace de présentation : non seulement c’est le lieu qui définit l’œuvre mais elle ne peut exister sans celui ci.

Objectifs :

  • Prendre en considération, dans une production artistique, les données physiques d’un espace.
  • Réaliser une production artistique qui implique le corps (geste, mouvement, déplacement, positionnement. dans l'espace).
  • Produire du sens en disposant des objets, des matériaux, des volumes dans un espace déterminé.
  • Prendre en compte le lieu et l'espace comme éléments constitutifs du travail plastique.
  • Transformer la perception d'un espace (représenté construit).

Compétences :

  • Utiliser de façon pertinente le vocabulaire technique, analytique et sémantique des images.
  • Concevoir et conduire un projet, l’évaluer.
  • Saisir les enjeux des dispositifs de présentation.
  • Acquérir un comportement autonome et responsable.
  • Travailler en équipe, animer un groupe.

Évaluation :

  • Capacité à expliquer ;
  • Prise en compte du lieu et de l’espace comme éléments constitutifs du travail plastique.
  • Cohérence de la relation entre le lieu et la production.

Références artistiques possibles :
Exposition du vide, Yves Klein, galere Iris Clert, 1958.
Le plein, Arman, galerie Iris Clert, 1960.
A line made by walking, England, Richard Long, 1967.
Steam (1967), Robert Morris reconstitution 1995 au CAPC.
Untitled, Dan Flavin, tubes fluorescents, 1977.
The Lightning Field, Walter de Maria, 1977.
Superposition d’une surface exposable avec cette même surface basculée à 5°, François Morellet, ruban adhésif, 1977.
Écran Total, Christian Robert-Tissot, acrylique sur bois, métal, 1998.
Purification Room, Chen Zen, installation, 2000.
Red, Blue & Yellow, Ann Veronica Janssens, installation jeu de lumières, 2001.
The Project Weather, Olafur Eliasson, installation dans le Hall de Turbine de la Tate Modern de Londres, 2003.
Estal, Georges Rousse, photographie, 2003.
Dots Obsession, Infinity Mirrored Room, Yayoi Kusama, installation, 2011.
Excentrique(s) Monumenta 12, Daniel Buren, Grand Palais, Paris, 2012.
Chairs for Abu Dhabi, Tadashi Kawamata, chaises, 2012.
Inside Out, JR, photographies, 2013.
Vingt trois disques évidés plus douze moitiés et quatre quarts, Felice Varini, Grand Palais, Paris, 2013.

Double porte, Michel Verjux, 1985

Double porte, Michel Verjux, projecteurs de diapositives, parallélépipèdes rectangles en bois, 1985.

samedi 30 novembre 2013

Masques

Masques 3, Fiac 2007, Grand Palais - Paris
Masques 3, Jean-Luc Vilmouth, Fiac 2007, Grand Palais - Paris

Vous illustrerez sous la forme d'un collage numérique le projet d'un masque formé d'objets disparates. Pour cela, vous enregistrerez sur votre espace commun les photographies (libres de droit ou prises par vos soins) des objets requis, puis, travaillerez avec le logiciel de retouche photo The GIMP. Remarque : toutes formes de masque sont autorisées y compris zoomorphes.

Notions abordées lors de la verbalisation :
l'hétérogénéité, la cohérence, l'image et son référent, le collage.

Références possibles :
Tête de taureau, Pablo Picasso, 1942, celle et guidon de vélo, Musée Picasso, Paris
Euphoria 100320 et Euphoria 100701, Hideki Kuwajima, divers objets en matière plastiques, 2010
Zebratown Mask 1, Willie Cole, chaussures en cuir, 2013

Wind Mask, Willie Cole, sèche-cheveux, 1991
Wind Mask, Willie Cole, assemblage de sèche-cheveux, 52x48x25,4 cm, 1991

Euphoria 100320, Hideki Kuwajima, 2010
Euphoria 100320, Hideki Kuwajima, objets en matière plastique, 140x80 cm, 2010

Socle commun de connaissances et de compétences :
- Utiliser, gérer des espaces de stockage à disposition.
- Utiliser les logiciels et les services à disposition.
- Connaître et respecter les règles élémentaires du droit relatif à sa pratique.
- Traiter une image.

vendredi 22 novembre 2013

BAOUM

Onomatopée : mot dont le son imite la chose qu’il signifie.
Liste non exhaustive :
Argh - Atchoum - Boum - Badaboum - Bam - Bim - Bang - Baoum - Bip - Blablabla - Blam - Blong - Bling - Bzz - Crac - Clac - Clang - Clap - Clic - Cric crac - Critch - Cratch - Ding Dong - Dong - Drelin Drelin - Dring - Flip flop - Flap flap - Gla gla - Glou Glou - Grrr - Hiii - Pan - Patati-Patata - Patatras - Pfff - Plif - Plaf - Plouf - Pschit - Splatch - Slurp - Snif - Tic Tac - Toc Toc Toc - Zip.

Installez le mot dans l’environnement spatial et événementiel du son dont il est origine (l’onomatopée hors de son contexte habituel : la page, la vignette de bande dessinée).

Installation :
1. Disposition de matériaux et d’éléments divers dans un espace.
2. Œuvre ainsi obtenue.
3. Mode d’expression artistique apparue au troisième tiers du XXème siècle.

In situ :
Se dit d’une œuvre réalisée en fonction d’un lieu auquel elle est destinée et sur lequel elle réagit (expression proposée par Buren : "en situation"). Depuis les années 1960, les artistes de l’Art Minimal, du Land Art, de l’art Néo conceptuel, les vidéastes, les installateurs, etc. ont particulièrement développé la création in situ (exposition Monumenta 2008 de Serra au Grand Palais).

- page 1 de 5