Mot-clé - Emprunt

Fil des billets

lundi 13 février 2017

Autoréférencé

Proposer une nouvelle version d'une œuvre préalablement choisie et analysée. 

Appropriation : Dans le sens le plus étroit, on parle d'appropriation si « les artistes copient consciemment et avec une réflexion stratégique » les travaux d'autres artistes. Dans ce cas, l'acte de « copier » et son résultat doivent être compris également comme de l'art (sinon, on parle de plagiat ou de faux), cf. emprunt. 
Remake : (mot anglais), nouvelle version d'un film, d'une œuvre littéraire, théâtrale, etc.
Détournement : Le détournement est la réutilisation par un artiste de slogans, d'images publicitaires, de campagnes de marketing pour créer une nouvelle œuvre portant un message différent, souvent opposé au message original. C'est une sorte de parodie satirique, qui réutilise ou imite l'œuvre originale. Le détournement le plus connu est le détournement publicitaire. Le terme détournement fut d'abord employé par l'Internationale situationniste. Le détournement diffère de la récupération dans laquelle les œuvres sont destinées aux médias dominants. L'utilisation faite par Barbara Kruger du détournement popularisa la technique. (source Wikipédia)
Parodie : Imitation consciente et volontaire d’une œuvre littéraire ou artistique dans une intention moqueuse ou simplement comique.

Notions abordées : détournement, modèle, copie, citation, emprunt, appropriation, interprétation... 

En quoi l'art devient-il, en quelque sorte, conscient de lui-même, c'est-à-dire autoréférentiel et réflexif ? 

Références possibles :

  • Vénus d'Urbino du TITIEN (1538)/ Olympia d'Édouard MANET (1863)/ I Like Olympia in Black Face de Larry RIVERS (1970)
  • Les Ménines de Diego VÉLASQUEZ (1656)/ Las Meninas de Pablo PICASSO (1957)
  • La Joconde de Léonard DE VINCI (1503)/ L.H.O.O.Q. de Marcel DUCHAMP (1919)
  • La Grande odalisque de Jean-Auguste-Dominique INGRES (1814)/ Made in Japan de Martial RAYSSE (1964)
  • Le Cri d'Edvard MUNCH (1893)/ Le Cri d'ERRÓ (1967)
  • Gilles BARBIER, L'Hospice, 2002, installation 

Comparaison

Concert champêtre du TITIEN (1508-1509)
Le Jugement de Pâris, gravure de RAIMONDI (1514-1518)
Déjeuner sur l’herbe d'Édouard MANET (1863)

david-goliath.jpg

David avec la tête de Goliath du CARAVAGE (1606)/ Intervention d'Ernest PIGNON-ERNEST à Naples (1993)

dimanche 13 mars 2016

Les portraits de Hendrik Kerstens

Hendrick Kerstens pense le portrait comme un art pictural. Le photographe ne se cache pas de son influence des grands peintres hollandais (Johannes Vermeer), dans la rigueur des cadrages, des lumières, auquel il ajoute son regard contemporain et son lot d’accessoires pour le moins déconcertant.

Photographies de Hendrik Kerstens, 2008-2011
Portraits de Paula Kerstens* photographiés par Hendrik Kerstens
Refuse veil, 2008
- Doily, 2011
- Cosy, 2012
- Bubble Wrap, 2008

* fille du photographe

dimanche 15 juin 2014

Remake, reprise, répétition

La baigneuse de Valpinçon

La Baigneuse Valpinçon, du nom de l'un des ses propriétaires au XIXe siècle, également désignée sous le titre de Grande Baigneuse, est un tableau du peintre français Jean-Auguste-Dominique Ingres, daté de 1808 et conservé au Musée du Louvre à Paris.

  • La Baigneuse de Valpinçon, Jean-Auguste-Dominique Ingres, huile sur toile, 1808 
  • Modèle nu de dos, Eugène Durieu, photographie, 1854 
  • Galel, Armand Cambon, huile sur toile, 1864 
  • Violon d'Ingres, Man Ray, photographie rehaussée à la mine de plomb, 1924 
  • Woman once a Bird, Joël Peter Witkin, photographie, 1990 
  • Femmes passives femmes faciles elles ont bon dos, Miss Tic, pochoir, 2000