Chocs émotifs !

« Le fauvisme est venu du fait que nous nous placions tout à fait loin des couleurs d’imitation et qu’avec des couleurs pures nous obtenions des réactions plus fortes. »
« La couleur surtout et peut-être plus encore que le dessin est une libération. » Henri Matisse, Écrits et propos sur l’Art.

Régulièrement accrochés dans les premières salles du Musée national, les artistes fauves annoncent par la couleur la modernité et les bouleversements artistiques du début du XXe siècle.
En donnant aux « chocs » émotifs, selon le mot d’Henri Matisse, une palette franche et pure, le fauvisme prête à la couleur la tonalité d’une émotion et d’une sensation. Il se caractérise par l’audace et la nouveauté de ses recherches chromatiques. Les peintres ont recours à de larges aplats de couleurs violentes, pures et vives, et revendiquent un art fondé sur l’instinct. Ils séparent la couleur de sa référence à l’objet, afin d’accentuer l’expression, et réagissent de manière provocatrice contre les sensations visuelles et la douceur de l’impressionnisme : ce courant est à rattacher à celui de l’expressionnisme.

Comment interagissent les couleurs ?
Réalisez une peinture qui provoquera chez le spectateur — en raison du choix des couleurs et de leur agencement — un effet visuel des plus forts.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fauvisme
http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-Fauvisme

Références artistiques possibles :
Le talisman, Paul SÉRUSIER, 1888
La cuisine, 1904, Maurice DE VLAMINCK, 1904
La joie de vivre, Henri MATISSE, 1906
Trois personnages assis dans l’herbe, André DERAIN, 1906
L’Estaque, Route tournante, André DERAIN, 1906
Joie de vivre, Robert DELAUNAY, 1930rn
Interaction of Color, Josef ALBERS, publication, 1963


Le joie de vivre, Henri MATISSE, 1906, huile sur toile, 176,5 x 240,7 cm.

* Le port de pêche – Collioure (détail), André DERAIN, 1905, huile sur toile, 81,5 x 100 cm.


  • Questionnements :
    La représentation plastique et les dispositifs de présentation : la ressemblance.
    La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux constituants de l’œuvre : la matérialité et la qualité de la couleur.
  • Expérimenter, produire, créer (D1, D2, D4, D5) :
    Choisir, organiser et mobiliser des gestes, des outils et des matériaux en fonction des effets qu’ils produisent.
    Rechercher une expression personnelle en s’éloignant des stéréotypes.
  • S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir l’altérité (D1, D3) :
    Formuler une expression juste de ses émotions, en prenant appui sur ses propres réalisations plastiques, celles des autres élèves et des œuvres d’art.

* D1 Les langages pour penser et communiquer – D2 Les méthodes et outils pour apprendre – D3 La formation de la personne et du citoyen – D4 Les systèmes naturels du monde et l’activité humaine – D5 Les représentations du monde et l’activité humaine