You are not yourself

You are not yourself, Barbara Kruger, 1984
You Are Not Yourself, photo, collage, 182.9 x 121.9 cm,1982 

Cette œuvre de Barbara Kruger reflète l'état d'esprit de son travail. Il s'agit d'un collage : une image publicitaire que l'artiste a récupérée dans un magazine féminin pour la modifier. L'image, représentant un visage féminin est ainsi déchirée donne l'impression d'un reflet dans un miroir brisé. À cette image Barbara Kruger ajoute un message en lettre noire. YOU ARE not YOURSELF - le " not " étant mêlé à l'image, le reste du texte, lui, bien visible encadré de blanc, comme découpé d'une autre page de magazine, à la façon d'une lettre anonyme. Ainsi le langage et l'image collaborent pour mettre en scène et dénoncer les manipulations des médias et de la publicité. Barbara Kruger dénonce l'image que la publicité et la société nous renvoient de nous-mêmes et le désir qu'elle produit, qui font de nous des simulacres de nous-même, et créer ainsi une perte de l'identité individuelle au profit d'une identité de masse source de mal-être.

Annexes

Commentaires

1. Le mardi 24 avril 2012, 22:31 par Arty

Barbara Kruger propose un touche humoristique pour souligner un point de vue féministe. Les mots vous n'êtes pas vous-même sont disjoints et posés (comme pour un message anonyme) sur une photographie d'un visage feminin regardant dans un miroir brisé. Ce montage est immédiatement ironique parce que vous êtes à la recherche dans le miroir du reflet - l'objet repose sur sa capacité à refléter la réalité, mais celui-ci est fissuré et ne vous rassure pas que vous n'êtes pas vous-même. D'une certaine manière, sans la reconnaissance du miroir, votre propre existence est remise en question. Cela soulève la question de savoir pourquoi n'êtes-vous pas vous-même ? Barbara Kruger émet l'idée que vous n'êtes pas vous-même parce que notre culture est basée sur le miroir des médias. Elle souligne l'irréalité de l'image de l'idéal féminin véhiculée par les médias et elle revient sur le rôle stéréotypé des femmes.

2. Le mardi 24 avril 2012, 22:37 par Arty

Il s'agit bien ici d'être ce que la société veut que vous soyez ou vous devriez être, par conséquent, vous ne pouvez pas être vous-même de par cette influence.

L'image de la société d'une femme regardant dans un miroir brisé par les mots " Vous n'êtes pas vous-même " est un bon exemple du travail de Kruger se rapportant aux idées de Jean Baudrillard. Cette image est évocatrice de la distance entre le simulacre et la réalité : vous n'êtes pas vous-même parce ce que ce que la société vous dit d'être est impossible. Le concept d'auto-identité dans notre culture a été transformé en un simulacre, et ne relève donc plus de la vie réelle. (cf. la précession du simulacre, L’Échange symbolique et la mort, Jean Baudrillard, 1976, Éd. Gallimard)

Cette pièce met également en évidence un autre point commun entre Barbara Kruger et Jean Baudrillard : ils sont tous les deux fascinés par l'œil, la vue, le regard. Dans le travail de Kruger, le miroir peut être vu avec sa fascination pour les théories de Baudrillard, qui ont souvent été expliquées et décrites en termes de miroirs de réalité et de distorsions. L'image est théoriquement un miroir de la société, mais elle a été déformée en un simulacre.